• B comme BOIVILLE

    On dit qu'un enfant trouvé porte presque toujours un prénom qui rappelle les conditions de sa naissance...cette petite Anatoline devait avoir des cheveux noirs et peut-être la peau mate... mais BOIVILLE (ou BOISVILLE) pourquoi ce nom de famille ?

    Au 19ème siècle, les mères abandonnaient souvent leur enfant dans les grandes villes, loin de leur village ; elles pouvaient laisser avec l'enfant un petit message ou bien leur nom, puisque le père n'a pas reconnu l'enfant. J'ai alors effectué une recherche dans les villes avoisinantes de la Saône et Loire et de la Nièvre. Sans grande certitude, j'ai retrouvé une BOISVILLE Marie, résidant sur la commune de La Charité Sur Loire ; elle était couturière et avait 21 ans en 1847, date de son mariage avec un journalier, dont je tairai le nom. Mais ce n'est que pure spéculation. Laissons-lui le bénéfice du doute : abandonner un enfant doit être un acte très compliqué, difficile à assumer et lourd de conséquences sur sa vie future.B comme BOIVILLE

    Aux dires de la Mère Supérieure Marie Gilberte Silvie DUPEYROUX et la soeur-portière Constance LENOIS, Anatoline a été déposée à 8 heures du soir ; il est précisé dans l'acte de naissance que la petite fille devait avoir 4 jours ; l'infirmière de l'hospice d'Autun Catherine LESBILLES lui a prodigué les premiers soins.

     Voici les détails des effets trouvés avec la petite Anatoline :

    - 3 chemises en coton

    - 3 mauvais drapiaux de toile : en patois morvandiau " drapiau " est synonyme de lange ; c’était la pièce de drap qui servait à emmailloter,

    - une brassière d’indienne brune doublée de coton,A comme Anatoline BOIVILLE

    - deux béguins de coton non garni (bonnet de bébé),

    - un bonnet de soie noire garni de tulle noir,

    - un maillot de coton blanc doublé de toile blanche,

    - un mauvais oreiller de toile à matelas.

    Un bien maigre trousseau ; la famille n'était très certainement pas issue de la haute bourgeoisie.

    L’hospice a fourni : 2 chemises, 2 drapiaux, 2 bonnets et un lange. Un toit et une éducation.

    B comme BOIVILLE

    « TOP DEPARTLes Français à la veille de la guerre (1913) »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :