• De la pugnacité qui paye

    Continuant mes investigations sur mon arrière grand-mère Francine BAROIN - qui ne semblait pas très appréciée dans la famille - j'ai trouvé que sa propre mère Anatoline BOIVILLE (née en 1851) était une enfant abandonnée. J'ai donc axé mes recherches sur les abandons au 19ème siècle (avec un tuto en perspective ).

    Se pose alors une question  qui me trottine dans la tête depuis pas mal de temps : comment devenir mère et/ou grand-mère lorsque l'on n'a aucune référence ? Qu'est-ce qu'une bonne "grand-mère" ? Comment cette aïeule a pu se construire sans repère ?

    Si j'ai appris une chose en "généalogie", c'est qu'il faut investiguer et lire ! Lire beaucoup....ne rien lâcher et persévérer !

    la persévéranceVous vous souvenez, je vous ai déjà parlé de OneNote, et bien, toutes mes recherches y sont inscrites.... Je vous le recommande toujours !

     

    MES AVANCEES AU 12 mars 2019

    IL faut toujours partir du "général" pour se rendre au "particulier". C'est ainsi que j'approfondis mes connaissances en matière "d'aide sociale" au 19ème siècle, en France, puis dans le Morvan ; pour mieux connaitre ma famille, je dois me documenter sur l'Histoire avec un grand "H" pour ensuite mieux comprendre ma famille.

    De la pugnacité qui paye

    « Qu'il est long le chemin de mes ancêtresFaire de la généalogie avec les enfants »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :