• Etre ou ne pas être bénévole...

    Etre ou ne pas être bénévole :  telle est la question….

    Le bénévolat est un don de soi, un partage de connaissances et de sympathie. On en retire toujours quelque chose de positif. Par exemple, si je reprends mon histoire….

    Etre ou ne pas être bénévole...Pendant des années, tout d’abord comme simple adhérente, je me suis formée à l’informatique dans une 1ère association, non pas l’informatique « bureautique » que je maîtrisais assez bien, mais l’informatique de « loisirs » : j’ai acquis au fil du temps les automatismes de GIMP, ce qui me permet aujourd'hui de concrétiser quelques réalisations sympathiques ; j’y ai appris à réaliser des diaporamas, à utiliser une brodeuse numérique, une découpeuse vinyl….

    Prenant de l’assurance, j’ai proposé mes services et suis devenue « secrétaire » de cette association ; j’ai complété mes connaissances, rédigé des compte-rendus, écrit et mis en forme le journal du club, préparé des forums, ouvert mes premiers ateliers d’initiation à la généalogie moderne, organisé des repas conviviaux où les adhérents étaient heureux d’être entendus, compris, acceptés et tout ceci sans jugement, sans discrimination, et sans compter mon temps, bien sûr !

    Nous sommes bien tous d’accord : le bénévolat, c’est donner de son temps, en contrepartie de rien. De rien ? J’y ai trouvé du plaisir…. J’ai reçu de la bienveillance, de la gentillesse, de la reconnaissance de nombreux adhérents.

    Et puis, le vent a tourné… L’association s’est voulue « hight tech » ; je ne m’y reconnaissais plus ; on différenciait les « geeks » des « gens débutants ». Le volet « social » de cette association avait disparu. Alors je suis partie pour rejoindre une autre association d’informatique.Etre ou ne pas être bénévole...

    Par ce que je n'envisage pas de vivre sans bénévolat...

    Dans cette seconde association, j’ai ouvert un nouvel atelier de généalogie moderne pour « débutants »… mais je n’ai jamais été acceptée ; non pas par les adhérents, mais par le Bureau et plus particulièrement UNE personne du bureau. Je n’ai jamais su pourquoi, mais c’est ainsi. Il m’a donc fallu quitter cette deuxième association.

    Est-il nécessaire d’ajouter que ces deux associations, au sein d'une même commune, au lieu d’être complémentaires – et elles le sont ! - évoluent dans la rivalité et les dénigrements.

    J’avoue avoir été très déçue, attristée de devoir « abandonner » ces généalogistes en herbe qui m’avaient accordée toute leur confiance.

    Désabusée, je le suis. J’ai l’impression d’avoir évolué dans un monde de Bisounours où je n’ai pas voulu voir des histoires de pouvoir, où des animateurs ne se soucient pas de partager leurs connaissances mais de « se montrer », d'étaler leurs savoirs au mépris de laisser des adhérents sur le bord du chemin….

    Alors, j’ai créé ma propre association avec une cotisation des plus dérisoires pour aider les personnes victimes d'illectronisme. Et le Covid est arrivé…

    Etre ou ne pas être bénévole...Ce confinement imposé m’a permis de réfléchir, de me poser et d’envisager l’avenir sous une autre forme. Cette nouvelle année, je l’attends avec impatience ; j’ai envie de rompre avec le passé et de finir ce 2020 bouleversant par du positif !

    J’ai décidé de totalement rompre avec ces épisodes de contraintes et d’avancer !

    En conséquence, je partage mes tutos, gratuitement, espérant toutefois qu’ils ne soient pas « monnayés » par quelque association mal attentionnée et gérant ses adhérents comme du personnel d’entreprise.

    Cadeau !

    Ce sera ma façon de finir l’année positivement.

    Etre ou ne pas être bénévole...

    « Dr Frémont : le légiste des poilusReconstitution 3D : tour Eiffel et Exposition Universelle »
    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :