• Y comme YES ! C’est bientôt fini….

    Y comme YES ! C’est bientôt fini….Pour reprendre la suite de la lecture de mon Larousse avec la lettre L et la lettre X……

    Coup de chance ! Je viens de recevoir la dernière version du Larousse avant la fin du Challenge 2020.

    Après avoir étudié

    • le chapitre 1 : A. Comment retrouver ses ancêtres ?
    • le chapitre 2 : B. La vie des noms et des prénoms

     

    Voici le chapitre 3 : C. RECONSTITUER L’HISTOIRE DE SA MAISON

    Comme pour toute famille, il est possible de retracer la généalogie d’une maison :

    1. L’analyse des actes de propriété : dans les archives notariales, on retrouvera l’acte d’achat, précisant l’origine de la propriété et éventuellement des plans ; grâce aux cartes de Cassini, celles d’état major (archives de l’armée et AD) voire les cartes de l’IGN, il sera aisé de localiser le bâtiment ;
    2. L’étude de l’architecture apportera des précisions sur l’époque de sa construction ; en étudiantY comme YES ! C’est bientôt fini…. la façade, les portes et les fenêtres, l’intérieur, on pourra appréhender le niveau social de ses occupants ; la demeure est souvent caractéristique d’une région ;
    3. Les recherches cadastrales donnent le nom des propriétaires et les modifications survenues depuis 1807, date de la création du Cadastre National ;
    4. Les recherches aux hypothèques ne sont pas à négliger : la difficulté sera de trouver le nom du notaire….
    5. Les recherches aux archives publiques permettront notamment la consultation de toutes les minutes des notaires ; toutefois, les sources seront différentes, selon qu’il s’agit de l’Ancien Régime (la Chambre des Comptes / le Contrôle des Actes) ou de l’après Révolution Française (AD / Biens Nationaux),
    6. Quelques cas particuliers : puisque tout est retranscrit, notifié, recensé, répertorié, il sera également possible de reconstituer l’histoire d’une école, d’un moulin, d’un bâtiment municipal, d’un édifice religieux, d’une entreprise ou bien d’un château !

     

    Voici le dernier chapitre et pas des moins intéressants….

    D. LE GUIDE PRATIQUE

    1. Les mormons, officiellement dénommés l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, ont entrepris depuis 1960 le micro-filmage de tous les registres paroissiaux ; ils ne sont plus à présenter et leur site est réputé ;
    2. Les généalogistes professionnels : les généalogistes successoraux (retrouver les héritiers d’un défunt) et les généalogistes familiaux (répondre à vos demandes)
    3. Le monde associatif : dès la fin des années 60, une multitude de cercles généalogiques voit le jour ! Le web a nettement favorisé l’expansion de ce tissu associatif, qui regroupe des gens tous plus compétents les uns que les autres ; comme on dit, « l’union fait la force » et l’aide de tous les bénévoles est précieuse et riche d’enseignement ;Y comme YES ! C’est bientôt fini….
    4. Le minitel (rubrique sans intérêt aujourd’hui !)
    5. Internet : parlons-en ! Pour ma part je ne pourrai pas envisager une journée sans me connecter sur le web...Et d’autant plus en ce moment ! Le Covid nous a éloigné physiquement les uns des autres, mais grâce aux technologies nous pouvons rester en contact et même nous voir ! Les archives nationales et départementales sont numérisées, hélas pas assez à mon goût… Il est toutefois aisé de se renseigner, de suivre des cours en ligne, de rechercher des ouvrages, d’obtenir des conseils méthodologiques et des informations historiques, locales ou thématiques….
    6. Les sites et les forums de généalogie : de nombreux cercles de généalogie, des amateurs, des professionnels de généalogie ont un blog voire un site ; il existe également Facebook et son réseau d’entraide ; des passionnés partagent leurs connaissances et se mettent gratuitement à la disposition du plus grand nombre… Posez votre question sur un forum et il y aura bien une « bonne âme » qui vous répondra et vous orientera vers de nouvelles pistes ;
    7. Les logiciels de généalogie sont apparus au début des années 80 ; chacun peut y trouver le matériel adapté à ses besoins et selon ses capacités ; bien que l’informatique ne soit pas un outil essentiel au tout début des recherches généalogiques, elle le devient inévitablement au vu de la somme des informations recueillies ;
    8. Prendre des notes, classer et conserver : même si votre ordinateur est un allié indispensable dans toutes vos recherches, le « papier » peut s’avérer pratique notamment dans la rédaction des fiches individuelles et/ou de couple ; avec la masse d’informations récoltées, il faut absolument – et très rapidement – s’organiser et ne pas prendre le risque de tout perdre !
    9. Transmettre ses recherches : une recherche généalogie est un « plaisir en soi » que tout généalogiste a le souci de transmettre, soit à une association soit à sa famille ; si ses notes et documents n’ont aucune valeur marchande, elles sont de véritables trésors pour d’autres généalogistes ; alors pourquoi ne pas partager avec les bénévoles d’une association ? Pourquoi ne pas écrire un livre ?
    10. Constituer ses archives familiales : tous les documents personnels méritent d’être archivés, qu’il s’agisse du carnet de santé, des livrets militaires, des lettres d’embauche, contrats de travail, bulletins de salaire, décorations…

    Il faudra veiller « au lieu de conservation pour éviter non seulement le feu, mais aussi l’humidité, la sécheresse, le soleil et la lumière, la pollution ou les rongeurs » !

    Pour en savoir plus :

    Les Mormons et la généalogie

    FamilySearch, qu'est-ce que c'est ?

    Outils à télécharger (le site d’Elise)

    Y comme YES ! C’est bientôt fini….

    « X comme... joker !Challenge AZ 2020 : quatrième semaine »
    Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :