• D comme dix neuf cent trois

    D comme dix neuf cent troisDix neuf cent trois, date de naissance de ma grand-mère paternelle, Marie Jeanne BEAUJON, fille de Francine BAROIN ; 1903 ce fut également l’année de création d’une vieille chanson morvandelle «le galant d’lai Nan-nette », écrite par Maurice Bouchor :

    Allons les Morvandiaux, chantons la Morvandelle,

    Chantons les claires eaux, et la forêt si belle,

    La truite au bond léger dans les roseaux fleuris

    Et notre bois flottant qui vogue vers Paris.

    *

    Il souffle un âpre vent parmi nos solitudes,

    On dit que le Morvan est un pays bien rude

    Mais s’il est pauvre et fier, il nous plaît mieux ainsi

    Et qui ne l’aime pas n’est certes pas d’ici.

    *

    On veut la liberté dans nos montagnes noires

    Nos pères ont lutté, pour elle et non sans gloire,

    Rêveurs de coups d’état, Césars de quatre sous

    Les braves Morvandiaux se moquent bien de vous.

      *

    Jadis, on nous l’a dit, surgirent nos ancêtres

    Brisant le joug maudit de leur avides maîtres

    Ils firent bien danser les moines leurs seigneurs

    Repus de leur misère et gras de leur sueur.

      *

    Pourtant nous subissons un reste d’esclavage

    Pourquoi ces nourrissons privés du cher breuvage,

    Gardons ô mes amis, nos femmes près de nous

    Nos filles et nos fils ont droit à leurs nounous.

      *

    Allons les Morvandiaux, chantons la Morvandelle

    Les bois, les prés, les eaux, aimés d’un coeur fidèle,

    Nos bûches qui s’en vont, Paris s’en chauffera

    Nos gars et leurs mamans, Paris s’en passera.

     

    D comme dix neuf cent trois

    « C comme Chissey en MorvanE comme Ecole »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :