• F comme Femmes

    Ah les femmes, sans qui rien ne serait possible….

    Que ce soit dans la Nation, dans la société, dans la famille, les femmes tiennent une place de choix. Je ne sais plus qui a dit « derrière chaque grand homme se cache une femme » mais l’Histoire le démontre à chaque instant. Derrière chaque « grand monsieur » une femme tire les ficelles dans l’ombre. Je ne dis pas que les hommes ne sont rien, je dis simplement que « sans les femmes » rien n’est possible… Et ce n’est pas en cette période du mois de novembre (commémoration de l’armistice en 1918) que nos historiens prononceront le contraire : sans les femmes, le pays n’aurait pas pu survivre !

    C’est très certainement pour cette raison que j’ai décidé de commencer la généalogie de ma famille par les femmes… Difficile me direz-vous, d’autant plus que chacune est mentionnée sous son nom de jeune fille ; quoi de plus normal puisque c’est son identité à vie ! ; je dis toujours que le nom d’une épouse n’est qu’un nom « d’emprunt ». Vous remarquerez, dans vos généalogies, nos messieurs se marient plusieurs fois !

    Ils se marient plusieurs fois, car bien souvent, leurs femmes étaient épuisées : les grossesses successives, la mortalité importante, et le travail !

    J’ai voulu écrire ce Challenge sur mon arrière-grand-mère Francine BAROIN, parce que je n’ai jamais rien entendu de bien sur cette femme…. Mon père a toujours dit « qu’elle préférait ses chats à son petit-fils » et ma grand-mère, donc sa fille, Marie-Jeanne BEAUJON me l’a décrite plutôt « volage ». Je ne me souviens plus du terme qu’elle avait employé, mais il n’était guère élogieux….F comme Femmes

    Puisque personne ne semblait l’apprécier dans la famille, je me suis penchée sur sa vie pour mieux la comprendre, mieux appréhender son existence et peut-être l’excuser de comportements inavouables. Mon coeur a toujours été pour la « cause des femmes », aussi, j’aime à croire que Francine était une femme de caractère ; elle fut la première de sa famille morvandelle a quitté la région pour Paris !

    Qui était Francine ? Sa mère Anatoline (ou Pauline) était une enfant « abandonnée », elle n’a donc pas pu lui transmettre les gestes maternels ni lui parler de son histoire, Francine a peut-être été à l’école, mais elle a certainement dû travailler jeune aux champs ; autrefois, pas de bouches inutiles à nourrir : «  tu manges, tu travailles ! », elle a peut-être gardé les troupeaux la peur au ventre, la peur des loups bien sûr….et de quels loups parle t-on ?

    Et puis l’école pour les filles ? A quoi cela peut bien servir ? Il est préférable qu’elle « besogne de l’aiguille » pour préparer son trousseau de mariage, qu’elle apprenne à tenir une maison, s’occupe de la basse-cour, du potager…. A la campagne, un enfant ne peut rester inactif et oisif .

    A 12 ans, ce fut certainement la communion, symbole du passage à l’adolescence, l’ apprentissage de la vie professionnelle et la vie sexuelle ; ses cheveux ont dû être relevés en chignon, abandonnant les nattes enfantines ; reçoit-elle peut-être sa 1ère jupe, après avoir abandonné sa robe « unisexe » ?

    Beaucoup de questions restent en suspens : sa vie d'adolescente, sa rencontre avec mon arrière-grand-père, l'abandon de la famille, son travail, les guerres.... Aucun problème : j’ai tout mon temps et tellement de passion !

    Challenge Perso

    « E comme EcoleG comme GENEANET »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :